Les psychotropes poussent-ils au suicide ou à la violence?

medicaments

Un article, paru dans un quotidien romand jeudi 21 juillet 2016, nous fait part d’un autre drame:
un jeune de 20 ans s’est donné la mort mardi dernier.

Il était traité dans un établissement psychiatrique.

L’article rapporte que sur ces trois dernières années, il y a en moyenne treize cas de suicide par
an dans les institutions du canton de Vaud.

Pourtant, plus de 250 mises en garde et études ont été publiées sur les effets négatifs de psychotropes tels que: anxiété, agitation, troubles sanguins, hallucinations, hostilité, dépression psychotique, myocardite fatale, crise cardiaque, psychose, diabète, crises d’épilepsie, et plus particulièrement suicide, violence et mort.

Or ces médicaments constituent le principal traitement en psychiatrie.

La CCDH reçoit régulièrement des appels de personnes ayant fait l’expérience de graves effets secondaires dus à ces substances.

D’autres vies ont été perdues suite à ce genre de prescriptions. Il serait temps que nos gouvernements enquêtent sur le lien entre les psychotropes et les actes insensés afin d’éviter d’autres drames.

Partagez cet article